Au bord du précipice !

Ce long monologue de Rached Ghannouchi  , a semé le doute en moi ! D’habitude méfiant ! Son speech , débit monocorde , a ébranlé mes convictions , alors que , depuis longtemps , je l’estimais , comme une sorte de Diable , pervers , responsable , revanchard , au nom de son « international »  , de l’essentiel de nos colossales difficultés nationales

En feuilletant Internet , loin de nos cotes tunisiennes qui , naguère , ont ensorcelé jusqu´à Ulysse , je tombe sur sur un gros titre du journal « Le Temps »  .. sous un surtitre : « Blocages , Grèves , Trahisons » ,  une grande manchette en grosses lettres rouges : « LE PAYS EST AU BORD DU PRÉCIPICE … » . Mon premier réflexe a été de sourire , une vielle histoire a vite émergé dans ma tête …

La veille , me semble t-il , de cette manchette du journal du 23 Novembre , Le Temps , titre de la respectable Maison d’Éditions As-Sabah … , Carthage a abrité une rencontre rare ! , entre le Président Kaies Saied , le Premier Ministre Mechichi , et le Gourou  réel du pays , Chef du Parlement , Rached Ghannouchi … Les bonnes manières , veulent , qu’ils ne s’agrippent pas , ne s’ insultent pas entre eux , en public , mais n’en pensent pas moins . Blocages et …Trahisons , ils connaissent …

En retour , chacun a ses bureaux , la manchette du journal a du les intriguer et chacun des trois , y a réagi , sûrement , à sa manière . Et pense , chacun , non en équipe réconciliée , y trouver parade , solution , pour arrêter la sournoise dégradation déjà avancée , même avant le Corona …

Réactions : ( moi , extrapolant la triste réalité … )

Kaies SAIED : « Vais trouver une solution , juridique , Constitutionnelle , à ce drame . Vais mobiliser les jeunes qui m ont largement élu , contre la Corruption étouffante , et allons ensemble , de nos bras nus , combler le Précipice . Ce chantier terminé , construction aussi d un grand Boulevard , pour aller , drapeaux aux vents , vers le Progrès … « 

MECHICHI : lui est peu bavard , « Rien n arrêtera notre volonté d’aller vers l’Avant . Je suis l’ Homme de la situation . Ana MECHI , précipice ou pas , … ila al Amem Sir… »

R. GHANNOUCHI : regard impassible au dessus de ses lunettes : « Précipice ? Aucune inquiétude ! . Si j’ai mené la Révolution bénie en 2011 , je vous ai apporté le Printemps , des Quatre Saisons renouvelables , les difficultés actuelles , passagères , sont très surmontables . Ma vision , ne s’arrête pas à nos petites frontières , et aux lamentations des ménagères . Ma vision est globale , mondiale , internationale . Madame Clinton , va revenir aux affaires américaines , dans le sillage de Biden . Et vous savez qu’elle était aux grandes manœuvres , à nos côtés , derrière notre Révolution . Les anglais , une fois le Corona vaincu , seront aussi là , dans nos coulisses . Oui , certes 80 % des tunisiens , inconscients , me haïssent . Que certains de mes troupes nahdhistes , commencent à avoir des doutes , me concernant ? Futilités . Mais les Grands Hommes sont indestructibles . Tout ce charivari , ne compte pas , ne pèse pas .Ce qui compte , c’est notre vision globale . L’Alliance des Frères Musulmans Sans Frontières , l’Énergie sur tous Fronts de guerre , de Erdogan , en train de tailler à coups de sabres , les frontières de notre futur Empire Islamique . Et nos moyens financiers , Qatar en tête , n’ont aucunes limites . Alors vous voyez , les minuscules , petits problèmes de la Tunisie , ne peuvent m’inquiéter . Une Fatwa de mon frère El Karadhawi , suffirait . Il est capable de transformer toutes les montagnes de déchets , poubelles , de nos environnements , en liasses de billets verts … Faites moi confiance ! » 

Ce long monologue de RG , à semé le doute en moi ! , d’habitude méfiant !. Son speech , débit monocorde , a ébranlé mes convictions , alors que , depuis longtemps , je l’estimais , comme une sorte de Diable , pervers , responsable , revanchard , au nom de son « international »  , de l’essentiel de nos colossales difficultés nationales . .

Oui un doute , passager , a obscurci mes convictions . Alors , courage , je me suis placé sur le bord de la manchette du journal Le Temps et son titre : « Le pays est au bord du Précipice « . J’ ai fait confiance au Diable , et résolument j’ai fait un ou deux vigoureux pas en Avant . J’ai sauté ! … Un long et profond précipice , descente interminable , sous mes pieds , dans un noir opaque …

Rassurez vous ! , et pour préserver mes vieux os , et de nature souvent , méfiante , j’ai prévu , avant le saut , de m’équiper d’un parachute , qui , durant l’infernale descente , s’ est ouvert à temps ….Me voilà, revenu saint ! , et sauf . Hamdoullah ! Je suis rentré , , quelques instants après , bien essoufflé , dans le café , Saf Saf , de La Marsa pour raconter mon incroyable mésaventure , le journal du  « Le pays est au bord du précipice » , à la main . Je l’étale , sur l’ une des tables de mes amis préférés . L’un d’eux , blasé , blindé , devenu insensible à tout , me coupe court et me lance . : « Et Alors ? »

Abdelaziz Dahmani