Abbou et son Tayyar font pitié

Abbou et le Tayyar font pitié à voir. Ils sont venus claironner « Haro sur la corruption « . Et puis KO dès leur montée au ring, au premier coup de gong ! Un petit uppercut avec l’affaire de la Q5 qu’on encaisse, puis un crochet dans l’affaire des bavettes qu’on esquive, puis un petit travail sur les flancs avec ces affaires de viols de confinement qu’on supporte et enfin le KO en pleine gueule avec l’affaire du conflit d’intérêt de Fakhfakh .

C’est vrai que quand on flirte avec les dghij, les makhlouf det les petits barbouzes zabratas fe banlieue, faut pas oser s’amuser avec le lourd dossier de la corruption quand on est sous la djellaba du cheikh Boujalgha. Faut surtout pas crier que.son derrière est infesté de mille puces d’un chien galeux Vous êtes tout de suite entubés.

Fadhi Ch’ghol