Quand le FMI empruntait auprès de la Tunisie pour financer un prêt à l‘Ukraine.

Je confirme la « petite histoire »  ( lire ci-bas ) de mon ami Sadok Rouai expert confirmé du FMI qui connaît mieux que quiconque les arcanes de cette institution ,que la Tunisie a fait partie en 2010 d’un tour de table du FMI pour mobiliser des ressources au profit d’un de ses membres afin de financer un programme d’ajustement structurel .La Tunisie était alors classée dans la liste des pays à balance de paiement solide au moment où la Grèce quittait cette liste .
Cela fait évidemment mal au regard de la situation dans laquelle se trouve la Tunisie et des besoins financiers exprimés aujourd ‘hui par le pays ,mais il faut s’y faire et mettre tout en œuvre afin de remonter la pente et affronter comme il se doit la grave pandémie du coronavirus .

Taoufik Baccar , ancien gouverneur de la BCT 

******

Une petite explication sur comment le FMI fonctionne et pourquoi on donne des prêts a court terme et non des dons.

Le FMI opère comme une association. Il y’a des pays solides (créditeurs) et des pays en besoin de financement (pays émergents comme la Tunisie) ou (pauvres comme la plupart des pays sub sahariens).

Le FMI n’a pas ses propres ressources et n’emprunte pas sur le marché.

Pour prêter a des pays émergents comme la Tunisie, il emprunte auprès d’un pays créditeur, lui paye une commission et prête le même montant à la Tunisie contre une charge. Lorsque la Tunisie rembourse, le FMI rembourse automatiquement le pays créditeur. Pour la petite histoire, en 2010 la Tunisie était considérée comme pays créditeur par le FMI, qui a emprunté auprès de la Tunisie pour financer en partie un prêt à l‘Ukraine.

Il n’est donc pas possible de faire des dons aux pays émergents.

Par contre on finance les pays pauvres a un taux zéro et on fait également des opérations assimilées à des dons. Ces opérations sont financées par des dons que le FMI collecte auprès des pays à haut revenus.

Sadok Rouai

Illustration : Avec l’arrivée , en 2011, des affamés islamistes khouanjias et leurs sbires  , la situation s’est renversée et la Tunisie mendie depuis 2012 des prêts auprès du FMI .Youssef Chahed , allié des islamistes , tête basse devant l’ex-patronne de FMI Christine Lagarde