Parlez nous madame, je vous en supplie

Madame Bouden !

La grande muette c’est l’armée. Ce n’est pas celle qui en a la charge. Vous ne pouvez pas imaginer notre calvaire à nous peuple de vous voir réduite à ce rôle de comparse figée, de figurante comme une momie, de prétexte épouvantail à un discours de division que veut nous faire passer Kais Saied à travers vous.
Ya Madame Bouden.

Rester dans cette posture à opiner de la tête devant les envolées lyriques du Président, n’est pas très glorifiant ni pour nous, ni pour votre stature d’enseignante universitaire et encore moins pour votre poste de premier ministre. Parlez nous madame, je vous en supplie. On en meurt à petits pas, à petit feu de votre silence.

L’agitateur