Siestes Bardoliques

Hier , c’était les mi hommes de l’indignité qui se relayaient pour harceler l’increvable Abir Moussi. Changement de tactique en ce moment: C’est 4 femmes euh….femelles avec un mâle qui surveillait je ne sais quoi. Emmitouflées dans leur tissus, balayant le parquet avec leur jupes dans un va et vient dans tous les sens , des robots téléguidés dont le frou frou des jupes ressemblait au bruit étouffé d’une hélice de ventilateur détraqué. Toutes en couleurs :

L’agressive , au voile jaûnatre comme les rideaux de mes fenêtres, à la voix aiguë et désagréable , chargée de parloter et de provoquer, tapotant frénétiquement sur son portable et criant à qui veut bien l’entendre qu’elle est une femme libre pendant qu’une sit inneuse lui récitait quelques citations de son cheikh sur la femme « wi3aa Gensi, » « Couscoussier sexuel » si je traduis bien pour procréer ;
Une autre grosse affalée sur un fauteuil rigolait en basculant sa tête en arrière vers un i phone de Abir Moussi qui la filmait. La prise de vue en hauteur rajoutait à la rapetisser, la ratatiner et faisait de son visage une feuille de pâte étalée et alvéolée aux contours imprécis qu’on dépose dans une sinnya de baklawa. Celle là semblait prête au crêpage de chignons , prête au combat de Suomi mais en cachant son lard débordant sous son jelbab.
Une autre nahdhaouie, toute en rouge vêtue, le petit chaperon rouge du groupe, tournoyait sur une chaise pivotante s’amusant de son rôle de trouble fête, ne semblant pas trés bien saisir pourquoi elle est là, tout le temps à jouer comme sur la chaise tournante de Kheder,à l’instar de ses pupilles, ne la quittant que pour chuchoter quelques chose dans l’oreille enfouie sous le foulard de l’une des mémés qui l’accompagnaient puis regagnant son manège en faisant tourner la tête à tout le monde.
Tiens, quand on parle du chaperon rouge, c’est le loup qui sort de la bergerie. Makhlouf et Dghij, tous crocs dehors, accompagnés d’une meute d’employés du parlement, s’attaquent à Abir Moussi ,violentent les safirates et agressent Jalel Krifa et l’autre bras droit dont j’ai oublié le nom puis se retirent
Acte final : les 4 mégères de Ghannouchi reçoivent l’ordre de battre en retraite puis se ravisent et ramènent un huissier notaire, toujours le même qui prend des notes, souriant cynique, sur son calepin, comptant les bouteilles en plastique vides sur la table, tout heureux de rédiger des pv à gogo commandés par ces bonbonnes de gaz bien pleines celles là.
Ma femme regardait avec moi, quand elle me pinçât ‘ hé réveilles toi et pinces moi aussi, je crois que nous sommes entrain de faire le même cauchemar .

Fadhi Ch’ghol

*******

Je viens de voir le direct à partir du bureau Habib Khedher. Je vous jure c’est surréaliste!! Ennahdha a envoyé 4 femmes moches, sans classes, de vrais robots pour obscénités et des aboyeuses à voix stridents qui débitent conneries sur conneries! Ce n’est même pas une ambiance de Hammam c’est plus des scènes de fin d’enterrement et de règlements de compte.
Depuis hier, nous assistons à des pratiques de la Stasi à la sauce nahdhoui!
Mella 7ala!
!..AH..!
Ali Gannoun