Partimoine tunisien : Comment le préserver ?

Les moyens de protéger le patrimoine tunisien en associant à cet effort les différentes composantes de la société civile, constituent l’un des principaux thèmes débattus lors des travaux du Forum de la société civile et du patrimoine qui ont démarré vendredi à Hammamet.

Cette rencontre de deux jours est organisée à l’initiative du ministère de la culture, en collaboration avec plusieurs associations concernées par la préservation du patrimoine dont les associations de sauvegarde des médinas.

A cette occasion, le ministre de la Culture Mehdi Mabrouk a proposé la création d’un « observatoire national du patrimoine » pour faire l’état des lieux du patrimoine matériel et immatériel et assurer la coordination entre les différents intervenants en matière de préservation du patrimoine.

Dans une déclaration à l’Agence TAP, le ministre a relevé la nécessité de créer des « comités locaux de protection du patrimoine », un domaine qui n’est pas l’apanage de l’Etat ou du ministère mais qui demeure, à la lumière de l’augmentation des agressions et des violations commises contre le patrimoine, une préoccupation nationale nécessitant la conjugaison des efforts de tous.

Répondant à une question relative à la position du ministère concernant les violations portant atteinte à certains monuments et mausolées, le ministre a relevé que son departement, compte tenu de sa responsabilité morale, condamne fermement les tentatives de destruction par certains groupes extrémistes de ces monuments et intentera des procès contre quiconque s’avise de porter atteinte au patrimoine architectural.

A l’ouverture des travaux de ce premier forum, le ministre a mis l’accent sur l’impératif de conclure un accord de partenariat avec la société civile en vue de préserver le patrimoine et de le protéger des agressions qui constituent une véritable « catastrophe » .

Par ailleurs, le ministre a indiqué que la nouvelle feuille de route dans ce domaine repose sur plusieurs points essentiels dont la préservation du patrimoine contre toute forme de violation, le développement de la veille sociale et l’examen de nouvelles méthodes d’animation afin que les lieux soient des espaces ouverts. Il s’agit également, a-t-il expliqué, de faire en sorte que le patrimoine soit intégré dans les domaines du développement et de l’emploi et de veiller à la révision des législations en vigueur.

Ainsi, a-t-il signalé, la célébration du mois du patrimoine ne doit pas être une célébration de pure forme mais une plateforme pour un effort participatif agissant, relevant que les associations concernées par la préservation du patrimoine ont droit au financement public à l’instar des autres associations culturelles.

L’accent a été mis lors de la première intervention du forum, sur la nécessité d’activer les mécanismes existants en matière de préservation du patrimoine et d’adopter une approche d’encouragement claire incitant le citoyen à préserver le patrimoine et à faire des municipalités un acteur actif dans la préservation du patrimoine.

Le programme du Forum comporte une série d’interventions qui portent sur « Le patrimoine et la citoyenneté », « le patrimoine, source de développement local » « la gestion locale du patrimoine » et  » la restauration et la maintenance: exemples d’aménagement urbanistique ».