Les Tuk Tuk en Tunisie : Vraie arnaque et arme diabolique

Lu sur Facebook ce papier signé Mahmoud Bédoui publié le mercredi 2 janvier 2013 . L’auteur traite de la décision controversée du gouvernement des Khouanjias d’importer des Tuk Tuk en Tunisie . Nous reprenons ce papier avec le renvoi d’usage sur la source en bas de page

                                                                                **********************

** Un « ex-associé » et proche de Hamadi Jebali obtient l’exclusivité de l’importation et du montage des Tuk Tuk pour cinq ans et sans appel d’offre

** Une arme redoutable entre les miliciens de Ennahdha pour les prochains mois

** Ruine non seulement des taximen, mais de l’importation des voitures populaires.

** Une vision rétrograde du mode de vie chez les Wahhabites qu’on veut imposer aux tunisiens

Encore une fois, le gouvernement TUKTUK ou THALOUTH ou TROÏKA surprend tout le monde. Il annonce l’importation 21.000 tricycles dans les jours à venir. La Tunisie qui aspire à plus de modernité est prise de fou-rire même si cette annonce a provoqué la levée de bouclier des taximen. Et pourtant, il n’y a vraiment pas de quoi rire car il y a péril en la demeure. Le parfait cadeau perfide et empoisonné ! Les explications fournies par notre ineffable chef du gouvernement allaient pousser les gens à se poser des questions tant personne n’a plus confiance au double ou triple ou quadruple langage des wahhabites nahdhaouis. Jebali nous annonce que ces TUK TUK seront utilisés non pour le transport des gens, mais pour les marchandises et les déchets. Et d’investigation en investigation, on est pris par un doute légitime. S’agit-il effectivement d’une affaire banale de transport de marchandises ou d’une triste affaire mafieuse qui se met en place après tant d’autres, depuis le début de ce gouvernement TUK TUK ou bien d’un affaire plus grave, à savoir l’afghanisation du pays après les tentatives quotidiennes de Ghannouchi pour mener une guerre de religion cherchant à tuer notre rite malikite modéré pour le remplacer par le rite archaïque et ultra conservateur wahhabite ? Une chose est sûre, Bourguiba nous a offert le montage des voitures, tracteurs et camionnettes, Ghannouchi va nous offre le montage des Tuk Tuk et l’importation des livres jaunes et de la pisse de chameaux.

Pourquoi les Tuk Tuk et pour quelles tâches ?

Jusqu’à ce jour, personne n’arrive à comprendre quel scorpion a piqué nos gouvernants pour nous offrir ce désastre et cette publicité des plus imbéciles qui fera de nous la risée du monde. On nous explique que ces tricycles ne vont pas concurrencer les taxis mais seront réservés au transport des déchets et des marchandises. Soit, mais aucune loi n’empêchera celui qui a acheté un Tuk Tuk de faire les aménagements qu’il veut pour transporter son mouton de l’Aïd, sa famille, ses amis, ou ses voisins pour une somme « modique ». Vendu à prix inabordable pour les pauvres, peut-être aux environs de 5 à 8 mille dinars, peut-être même plus, il est certain que les commandes seront réservés à ceux qui présentent aux agences bancaires des garanties de solvabilité… politique. Une petite avance de quelques centaines de dinars sera accordée uniquement aux « croyants » avec la promesse de payer des versements mensuels modiques, question de les fidéliser et de les avoir en main.

Mais le chiffre de 21.000 unités à importer est plus qu’intrigant. En effet, pourquoi ne pas importer quelques centaines pour voir les conséquences sur la circulation déjà infernale dans le pays et surtout sur le secteur de transport de marchandises et des déchets frappé de plein fouet par la crise ? Un simple tour près des marchés et places publiques dévoilera ces pauvres bougres assis dans leurs tacots en ruine des heures durant, pour dénicher un ou deux clients par jour tant la concurrence est rude. Non, le chiffre de 21.000 unités est plutôt magique. Il correspond aux estimations du nombre des miliciens de Ennahdha et des deux dindons de la farce, le CPR du Président de la République et de son dissident Wafa de Raouf Ayadi, tous deux, de fervents adeptes des phalanges de la protection de leur contre-révolution et futurs ennemis mécréants comme partout ailleurs où s’est mis en place un régime islamiste La majorité de ces miliciens a déjà entre ses mains le commerce parallèle, les étals de fruits et légumes et marchandises de pacotille partout dans le pays. Dans ce cas, les Tuk Tuk seront jusqu’aux prochaines hypothétiques élections une arme de guerre redoutable pour transporter rapidement d’un coin à un autre de la ville ou du village et à moindre frais, tracts et affiches de propagande pour la campagne électorale ou armes, entre bâtons, épées, haches, cocktails Molotov ou armes à feu si nécessaire. Mais les Tuk Tuk serviront aussi et surtout au transport des fameux miliciens chargés de tabasser les manifestants, les sit-inneurs ou les sympathisants des partis de l’opposition lors de leurs meetings ou réunions. Osons espérer que la maudite machine infernale ne sera pas utilisée un jour par les jihadistes et salafistes extrémistes pour le transport de l’armement lourd entre monts et vallées. Par la suite, les Tuk Tuk, tout en ruinant les taximen, ils seront le modèle de transport des classes moyennes. Va-t-on monter des charrettes et brouettes pour les pauvres ? Dans le monde magique des Wahhabites, tout est possible.

Qui sont derrière cette affaire ?

Les informations dont on dispose sont dignes de l’époque Ben Ali et en pire. En effet, un homme d’affaire de Sousse, Jamel Makadem, vient d’avoir le gros lot et sans appel d‘offre, ce qui est interdit par loi, sauf que ce monsieur est un proche Hamadi Jebali, son ancien associé dans une entreprise d’énergie solaire. Mieux que tout, Jebali lui ouvre un boulevard en lui accordant toutes les autorisations pour importer les TUK TUK en pièces détachées de la Chine, construire une usine de montages avec des garanties bancaires de 3 millions de dinars au minimum et un terrain vendu au dinar symbolique à Ben Arous avec l’exclusivité pour cinq ans pour exploiter cette manne offerte par Dieu le Clément. Voilà comment on industrialise les régions… intérieures.

Mais, il n’y pas que Jebali qui serait derrière cette affaire. Tout le monde sait que rien ne se fait sans l’aval du gourou de Monplaisir. Un tel gâteau ne peut être réservé à une seule personne ou à une seule famille. Pourtant il n’y a pas que le fric et les affaires douteuses qu’ils sont en train de ramasser à coup de milliards, il y a une réelle vision politique des plus perfides. Avec l’appauvrissement des classes moyennes, les augmentations dérisoires des salaires (6%) face à la chute du niveau de vie estimée à 43%, le chômage des diplômés et la limitation des prêts bancaires pour l’importation des voitures populaires, cette classe moyenne ne pourra plus rêver que d’un Tuk Tuk. Cela va parfaitement avec la conception des wahhabites du mode de vie du commun des mortels. Ce serait des plus burlesques que de voir nos médecins, ingénieurs, avocats, enseignants … circulant dans des Tuk Tuk des plus colorés. Quant aux « chourafas » entendre par cela, les familles proches ou alliés du chef religieux, guide suprême de la « Ouma islamique » ils auront la fortune, les privilèges et les passe-droits pour vivre en Emirs et princesses car meilleures serviteurs de Dieu et choisis par Lui. L’immense majorité du peuple doit se contenter d’aumône et de moyens de subsistance des plus archaïques, transports, enseignement, soins, sport, culture. Un simple coup d’œil sur le mode de vie des gens dans les pays du Golfe vous dégoûtera à jamais du wahhabisme et de la perfidie des Gourous. D’immenses fortunes entre une ultra minorité qui vit dans le luxe le plus abject et un peuple des plus en retard dans le monde dans tous les domaines.

Non, le monde que veut nous offrir Ghannouchi n’est point le paradis et les Tuk Tuk du futur richissime Hamadi Jebali ne vont pas nous mener sur le chemin du paradis. Elles ne sont qu’une sinistre machination d’individus bloqués dans le temps et dans l’espace qui continuent à penser comme des bagnards fraîchement sortis des bagnes. Vivement qu’ils se libèrent de leurs cauchemars et vivre dans la normalité. Est-ce trop leur demander pour sauver notre pays qu’ils détruisent pierre après pierre ?

Source : janvier 2013