Les Rois d’Arabie et de Jordanie expriment leur appui aux autorités égyptiennes dans leur lutte contre le « terrorisme ».

Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a déclaré vendredi, dans un message à la télévision, son ferme appui aux autorités égyptiennes dans leur lutte contre le « terrorisme ».
Le souverain saoudien a également dénoncé les « ingérences étrangères » dans les affaires égyptiennes et condamné tous ceux qui sapent « la stabilité de ce pays » meurtri par des violences entre partisans du président islamiste déchu et forces de sécurité. Il a réaffirmé le droit légitime de l’Egypte de « s’opposer à tous ceux qui lui portent atteinte ».
Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a été le premier dirigeant étranger à féliciter le président par intérim Adly Mansour nommé le 3 juillet par l’armée, qui avait auparavant destitué l’islamiste Mohamed Morsi.
Le ministre des affaires étagères jordanien Nacer Bouda a exprimé ,au nom du Roi , dans une déclaration à l’agence de presse jordanienne l’appui du roi aux autorités égyptiennes dans leur lutte contre le terrorisme .

Le ministre a dénoncé toutes les « ingérences étrangères » dans les affaires égyptiennes et condamné tous ceux qui sapent « la stabilité de ce pays » auquel il souhaite paix et stabilité

L’Algérie préoccupée

L’Algérie a renouvelé jeudi sa « grande préoccupation » suite aux violences en Egypte qui « ont lourdement endeuillé ce pays frère ».

« L’Algérie considère que le dialogue entre tous les Egyptiens constitue plus que jamais la seule voie pour bâtir un consensus permettant le retour à l’ordre et à la sécurité », lit-on dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères transmis à l’agence APS.

Le 9 juillet, Alger avait déjà fait part de son inquiétude. « L’Algérie formule l’espoir que ce grand pays frère retrouve sa stabilité pour lui permettre, dans le respect de sa souveraineté, de faire face à des défis déterminants et répondre aux aspirations du peuple égyptien », conclut le ministère des Affaires étrangères.

La islamistes tunisiens hurlent dans la rue

Les islamistes nahdhaouis tunisiens ,au pouvoir ,de peur pour leurs têtes , continuent à considérer que ce qui se passe en Egypte « est un coup d’Etat militaire » contre ce qu’ils appellent la « Char3ia » ( légitimité ) de Mohamed Morsi , frère de la même secte .

Ce vendredi ,les nahdhaouis ont organisé de maigres manifestations ,bien que bien payées ,pour soutenir leur « frère » déchu