Le Japon arrête tous ses réacteurs

Aucun réacteur nucléaire ne fonctionne désormais plus au Japon pour la première fois depuis 42 ans, après l’arrêt du troisième réacteur de la centrale Tomari, dans le nord du pays, a annoncé samedi l’opérateur de la centrale Hokkaido Electric Power.

Le Japon comptait 54 réacteurs nucléaires assurant presque un tiers des besoins énergétiques du pays. Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 et un tsunami ont gravement endommagé les six réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-1, située au nord-est de Tokyo. Avant l’accident de Fukushima, les technologies japonaises en matière de nucléaire civil étaient considérées comme les plus fiables au monde.

Suite à l’accident de Fukushima, qui a entraîné des fuites de radiations, le gouvernement japonais a renforcé les mesures de sécurité aux autres centrales, sans pour autant parvenir à tranquilliser la population du pays. Les réacteurs japonais ont été progressivement mis à l’arrêt pour des travaux de maintenance (organisés tous les 13 mois selon la loi) et n’ont pas été remis en service après ces travaux.

L’accident de Fukushima a également provoqué des manifestations en Europe. Certains pays ont décidé de renoncer à la construction de nouvelles centrales nucléaires, tandis que l’Allemagne a pris la décision de fermer l’ensemble de ses centrales.