Essebsi : « le terrorisme a pu s’incruster en Tunisie en raison du manque de fermeté de certaines parties »

Beji Caid EssebsiLe président du Mouvement « Nidaa Tounès » Béji Caïd-Essebsi a appelé, mercredi 19 février à Tunis, à « intensifier » la coopération avec l’Algérie en matière de lutte antiterroriste eu égard, a-t-il dit, à l »‘incapacité » de la Tunisie de faire face, seule, à ce phénomène ajoutant que l’Algérie est parvenue à vaincre ce fléau.
L’ancien chef du gouvernement tunisien a souligné lors d’un point de presse que le terrorisme a pu s’incruster au sein de la société tunisienne en raison, a-t-il dit, du manque de fermeté avec lequel certaines parties l’avaient traité.
Il a estimé à ce propos que la Tunisie ne peut pas, à elle seule, faire face au terrorisme qui nécessite selon lui le développement de la coopération régionale, en particulier avec l’Algérie qui, a-t-il soutenu, « est parvenue à vaincu ce fléau au prix d’un long combat ».
Appelant les forces de sécurité et l’armée à être mieux équipées, entraînées et dotées de matériel de protection nécessaire, Caid-Essebsi a demandé au gouvernement de Mehdi Jomaa de faire du dossier du terrorisme sa première priorité, au vu de l’importance primordiale de la stabilité en termes d’impact sur tous les domaines de la vie, en particulier sur la relance économique et l’attraction des investissements.
Il a évoqué par ailleurs la gravité des attaques terroristes en Tunisie notamment celle perpétrée récemment à Jendouba ( nord-oust tunisien ) qu’il a qualifiée de « sans précédent » car ayant visé des forces de l’ordre et des civils.
Le chef du gouvernement de transition , Mehdi Jomâa , avait souligné récemment que la lutte contre le terrorisme transfrontalier nécessitait une approche nationale et régionale globale qui repose sur l’échange d’expérience avec les pays voisins et les partenaires.