Ankara ne pose aucune condition préalable à un dialogue ciblé avec la Syrie

La Turquie n’a pas de conditions préalables au dialogue avec le gouvernement syrien et les pourparlers doivent être axés sur des objectifs, a déclaré mardi le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, dans un nouvel assouplissement de la position d’Ankara vis-à-vis de Damas.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a assuré mardi que son pays ne poserait aucune condition préalable à un dialogue avec la Syrie, mais que celui-ci devait être axé sur des objectifs.

« Il ne peut y avoir de condition au dialogue, mais quel est le but des pourparlers? Le pays doit être débarrassé des terroristes », a-t-il dit dans une interview à la chaîne de télévision Haber Global.

« Notre sécurité frontalière est importante. L’intégrité territoriale et l’intégrité politique de la Syrie sont importantes. Il est important que les gens puissent revenir au pays en toute sécurité », a ajouté M. Cavusoglu.

M. Cavusoglu a également exhorté le gouvernement syrien et l’opposition à se réconcilier, à adopter une nouvelle Constitution et à organiser au plus vite des élections sous les auspices de l’ONU.

« La seule solution pour l’avenir du pays est le processus politique et cela peut être accompli par consensus », a-t-il plaidé.

Interrogé la semaine dernière sur d’éventuelles discussions avec Damas, le président turc aurait déclaré que les relations diplomatiques entre les États ne peuvent jamais être totalement rompues. Il est « nécessaire de prendre de nouvelles mesures avec la Syrie », a dit Recep Tayyip Erdogan, cité par les médias turcs.