Les pays du G7 se disent prêts à se sevrer progressivement du pétrole russe

Les dirigeants des pays du G7 réunis dimanche en visioconférence à l’initiative du président américain Joe Biden ont annoncé être tombés d’accord pour interdire ou supprimer progressivement leurs importations de pétrole russe. Washington a de son côté annoncé dans un communiqué de la Maison Blanche une nouvelle salve de sanctions contre la Russie.

Les pays du G7, qui ont accusé, dimanche 8 mai, Vladimir Poutine de couvrir la Russie « de honte » avec ses actions en Ukraine, ont pris l’engagement de se sevrer du pétrole russe, mais sans donner de calendrier précis.

« Le G7 tout entier s’est engagé aujourd’hui à interdire ou supprimer progressivement les importations de pétrole russe », a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué.

« Nous nous engageons à éliminer progressivement notre dépendance à l’égard de l’énergie russe, en supprimant progressivement ou en interdisant l’importation de pétrole russe », indique une déclaration écrite des dirigeants du Groupe des Sept après une réunion en ligne, à laquelle s’est également joint le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Cette décision « va porter un coup dur à la principale artère irriguant l’économie de (Vladimir) Poutine et le priver des revenus dont il a besoin pour financer sa guerre » contre l’Ukraine, affirme l’exécutif américain.

Ce sevrage se fera « d’une manière appropriée et raisonnée », écrivent les chefs d’État et de gouvernement des pays du G7 dans leur communiqué final, qui ne précise toutefois pas quels engagements exactement a pris chacun d’eux, à savoir l’Allemagne (qui en a la présidence cette année), le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon, et le Royaume-Uni.

Le G7 a tenu dimanche, en visioconférence, sa troisième réunion de l’année, avec la participation du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Elle a duré un peu plus d’une heure, selon les Américains.

Alors que Vladimir Poutine s’apprête à célébrer lundi en grande pompe la victoire de l’Union soviétique sur l’Allemagne nazie, ses actions en Ukraine « couvrent la Russie et les sacrifices historiques de son peuple de honte », s’indignent les pays du G7 dans leur communiqué commun.

Les chefs d’État et de gouvernement ont réaffirmé au président ukrainien leur « engagement à prendre de nouvelles mesures pour aider l’Ukraine à s’assurer un avenir libre et démocratique » ainsi qu’à « se défendre et repousser de futurs actes d’agression ».

Nouvelle salve de sanctions

Les Occidentaux font preuve jusqu’ici d’une très étroite coordination dans leurs annonces de sanctions contre la Russie, mais n’avancent pas au même rythme quand il s’agit de pétrole et de gaz russe.

Les États-Unis, qui n’en étaient pas de grands consommateurs, ont d’ores et déjà interdit l’importation d’hydrocarbures russes.

Les États membres de l’Union européenne, sous pression pour se joindre au mouvement, mais beaucoup plus dépendants de la Russie, continuaient dimanche à mener de difficiles tractations pour mettre en place un embargo sur le pétrole russe.

Le projet est freiné par plusieurs États membres, notamment la Hongrie.

Washington a de son côté annoncé dans un communiqué de la Maison Blanche une nouvelle salve de sanctions contre la Russie, autour de deux axes majeurs : les médias, et l’accès des entreprises et des grandes fortunes russes aux services de conseil et de comptabilité dont les Américains et les Britanniques sont les grands spécialistes mondiaux.

Les États-Unis vont sanctionner les chaînes de télévision Pervy Kanal, Rossiïa-1 et NTV. Il sera interdit à toute entreprise américaine de les financer par de la publicité ou de leur vendre des équipements.

« Aucune société américaine ne doit participer au financement de la propagande russe », a dit un haut responsable de la Maison Blanche, qui a requis l’anonymat, en soulignant que ces médias étaient directement ou indirectement contrôlés par le Kremlin.

Autre axe d’attaque de Washington : interdire la prestation de services « d’audit, de management, de conseil, de marketing, tous les services utilisés pour faire fonctionner des entreprises multinationales, mais aussi potentiellement pour contourner les sanctions ou dissimuler des richesses mal acquises », a dit la même source.

Elle a souligné que si les Européens avaient les liens industriels les plus étroits avec la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni dominaient en revanche l’univers des services, au travers notamment des « Big Four », les quatre géants mondiaux de l’audit et du conseil Deloitte, EY, KPMG et PwC.

Dans son communiqué, le G7 dans son entier se dit également décidé à « interdire ou empêcher la fourniture de services clé » à la Russie de manière à renforcer son « isolation ».

Les Occidentaux promettent aussi de « continuer à agir contre les banques russes connectées à l’économie mondiale », de « continuer à combattre les tentatives du régime russe pour répandre sa propagande » et de durcir sa « campagne contre les élites (russes) et leurs familles ».