Syrie : Des attentats pour torpiller l’application du plan de paix

Les récents attentats en Syrie ont été entrepris dans le but de torpiller l’application du plan de paix proposé par l’émissaire de l’Onu et de la Ligue arabe Kofi Annan, a annoncé la diplomatie russe dans un communiqué.

Quinze membres des forces de sécurité syriennes, dont deux officiers, ont été tués mercredi matin dans une embuscade tendue par des combattants anti-Assad, dans la province d’Alep (nord), rapporte mercredi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) basé à Londres.

« Quinze membres des forces de sécurité ont été tués dans une embuscade sur la route de la localité d’al-Raïi », a indiqué l’Observatoire.

Selon l’OSDH, deux colonels de l’armée régulière ont péri lors de l’attaque, ainsi que deux insurgés.

Les médias occidentaux publient régulièrement les informations fournies par l’OSDH. Dans le même temps, le ministère russe des Affaires étrangères met en doute la fiabilité de ses rapports. Selon ce dernier, l’OSDH n’emploie que deux personnes, Rami Abdul Rahman, qui n’a même pas de diplôme d’études secondaires, et son secrétaire et interprète. Dans une interview, M.Abdul Rahman a reconnu qu’il résidait en permanence à Londres, où il tenait un café.

Réaction

« Moscou condamne fermement les nouveaux attentats perpétrés par des terroristes et souligne que ces derniers ont lancé une campagne d’envergure cherchant à déstabiliser la situation dans le pays et à torpiller le plan de Kofi Annan. Une nouvelle série d’attaques a coïncidé avec l’arrivée à Damas du général norvégien Robert Mood, désigné à la tête de la mission d’observation de l’Onu en Syrie », indique le document.

Trois jours après les attaques meurtrières du 27 avril, deux véhicules piégés ont sauté dans la ville d’Idlib (nord de la Syrie), faisant 9 morts et des dizaines de blessés. Les attaques visaient des postes des services de sécurité.

Un cessez-le-feu a été instauré entre l’opposition armée et les troupes fidèles au président Bachar el-Assad le 12 avril dernier, dans le cadre du plan de règlement du conflit présenté par l’émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe Kofi Annan. Les huit premiers observateurs onusiens chargés de veiller au respect du cessez-le-feu ont commencé leur mission en Syrie le 16 avril.

Samedi 21 avril, le Conseil de sécurité a approuvé l’envoi de 300 observateurs militaires en Syrie. L’équipe principale, qui compte parmi ses membres quatre Russes, passera environ 90 jours en Syrie. La mission d’observation devra prendre sa pleine puissance d’ici fin mai.

Depuis la mi-mars 2011, la Syrie est secouée par un mouvement de contestation du régime de Bachar Assad. Selon l’Onu, la confrontation armée y aurait déjà fait plus de 9.000 morts et quelque 230.000 réfugiés. Damas affirme pour sa part que plus de 2.500 policiers et soldats syriens, ainsi que plus de 3.200 civils ont été tués dans les affrontements contre des bandits financés de l’étranger.