Paysan, fils de paysans, A.Zbidi incarne le rêve bourguibien

Le rêve tunisien : le petit enfant réussira-t-il son grand oral ?
Parti de rien, le candidat Zbidi sera ce soir confronté à la plus importante épreuve de sa vie.
Paysan, fils de paysans, Zbidi incarne le rêve bourguibien : celui d’un enfant né dans le rif et que l’école républicaine porte sur ses épaules jusqu’aux portes du palais de Carthage.
Oui, la réussite de Zbidi sera incontestablement celle du rêve tunisien ou plutôt du rêve Bourguibien.
Parce que Zbidi ne vient pas du Sahel, mais du rif du Sahel. Une nuance pour certains mais une différence de taille pour ceux qui connaissent la rudesse de la vie dans tous les Rifs de la Tunisie.
Rien que pour l’enfant qu’il a été, rien que pour sa mère qui n’a pas dû avoir la chance d’aller à une école mais qui lui a appris simplement à aimer le pays et à ne pas mentir, rien que pour ses maitres et maitresses de l’école de Rejiche, je suis prêt à fermer les yeux sur ses nombreuses faiblesses en termes de « Soft skills ».
Eh oui, Zbidi n’a pas l’habitus qu’il faut. Et c’est probablement ce qui gêne le plus.
Avec son accent du Rif du Sahel (qui n’est pas l’accent de la petite bourgeoisie des villes de Sahel et que des arrivistes moquent à longueur de journée), il dérange, heurte les héritiers, et fait fausse note dans les salons de toutes les grandes villes (y compris du sahel).
Il a toujours été premier de sa classe (y compris lorsqu’il est monté à Tunis pour faire ses études supérieures et qu’il s’est retrouvé à Lyon en tant que grande compétence reconnue pour ses pairs français). Il a ensuite servi en silence l’université, l’administration, l’armée et la République Tunisienne. Personne ne l’a coaché pour lever sa timidité, ni pour transformer sa communication en art de baratiner. Personne ne lui a expliqué que l’arrogance pouvait un jour faire office de compétence.
Un vrai fils du peuple que l’école de la République voulue par Bourguiba met aujourd’hui face au défi le plus absolu : se surpasser pour vaincre sa timidité. S’il passe, cela sera une excellente chose. S’il ne passe pas cela signifiera que nous devrons travailler encore plus sur tous les Rifs de la Tunisie pour qu’ils nous donnent d’autres Professeurs Zbidi. Bonne chance professeur Zbidi. Vive le rêve tunisien. Vive la Tunisie propre et intègre

Par Karim Ben Kahla