L’Italie plonge dans la récession

La Grèce n’est pas le seul pays à susciter l’inquiétude en Europe. L’Italie, elle, s’enfonce encore plus dans la récession. Outre des mauvaises nouvelles venant de l’économie, l’agence Moody’s a sévèrement sanctionné les banques italiennes.

Moody’s n’y va pas par quatre chemins. L’agence de notation a dégradé lundi 14 mai au soir la note de 26 banques italiennes, dont les plus grandes, UniCredit et Intesa Sanpaolo. Une décision qui pourrait être lourde de conséquences en provoquant une hausse des coûts de financement des banques. Celles-ci pourraient ne pas en rester là et couper en retour leurs crédits aux entreprises et aux ménages. L’association des banques italiennes a immédiatement réagi en dénonçant « une agression contre l’Italie ».

Les nuages s’amoncellent, effectivement, au-dessus de l’économie italienne. Sur les trois premiers mois de l’année, le produit intérieur brut de la troisième économie de la zone euro s’est contracté de 0,8% par rapport au trimestre précédent. Une contraction plus grande que prévu et qui enfonce l’Italie dans la crise malgré les plans d’austérité adoptés à la chaîne depuis deux ans.

Même si son pays est aux prises avec la récession, le chef du gouvernement italien Mario Monti entend jouer un rôle de premier plan en Europe. Pourquoi pas médiateur entre François Hollande, qui propose des mesures de relance, et Angela Merkel avec ses engagements de rigueur.