Les espagnols occupent la rue ce samedi

Avec la crise qui frappe en Espagne ,plusieurs milliers de manifestants sont attendus ce samedi 12 mai à Madrid, à l’occasion du 1er anniversaire du mouvement des « indignés ». Rassemblement dans la capitale et dans bien d’autres villes espagnoles. En pleine crise économique, les « indignés » comptent bien se rappeler au bon souvenir de ceux qui prétendent qu’ils ont disparu. Leur appel aura également un écho à New York où les « Occupy Wall Street » entendent participer à leur façon en dépit d’un mouvement qui est largement retombé.
Des assemblées qui discuteront de la santé, de l’enseignement, du logement, de l’emploi, de la moralisation de la vie politique, ou des contre-pouvoirs face à la domination de la finance et bien plus encore. A Madrid, mais aussi à Barcelone, dans des dizaines de villes espagnoles, les « indignés » entendent bien occuper l’espace public pour signifier qu’ils n’ont rien perdu de leur force.

C’est de cette façon qu’ils s’étaient fait entendre il y a un an, c’est de cette façon que leur mouvement a donné des idées à d’autres « indignés », en France, en Europe, en Israël, ou à New-York.

Jusqu’à mardi, des dizaines de milliers de gens en colère, persuadés qu’un autre monde est possible, défileront, débattront, proclameront leurs propositions. Pas moins de 1600 suggestions seront soumises à la société, essentiellement pour « régénérer une démocratie malade ».

Pour le gouvernement conservateur espagnol, les «indignés» sont de doux rêveurs anti-système. A Madrid seulement, 3 000 policiers seront mobilisés. Aux yeux du pouvoir, les « indignés » sont surtout une question d’ordre public.