Le PDP éclate

Le courant réformiste du Parti Démocratique Progressiste (PDP) a fini par rompre avec le Parti Républicain. Mehdi Ben Gharbia, homme d’affaires, président du Club Athlétique Bizertin (CAB) et député à l’Assemblée Constituante du PDP l’a annoncé dans la soirée du samedi, suite à la réunion des membres du courant réformiste du PDP, tenue le 28 et 29 avril à Sousse.

Une décision qui ne surprendra pas les observateurs, puisque 9 députés du PDP (sur un total de 16 représentants) avaient déjà annoncé, dès le 12 avril, la suspension de leur appartenance au parti.

Ainsi, Mehdi Ben Gharbia, Mohamed Baroudi, Mohamed Hamdi, Moncef Cheikhrouhou, Mohamed Kahbich, Mohamed Neji Gharsalli, Najla Bouryel Elmajid, Chokri Gastli et Mohamed Khili avaient déjà gelé leurs activités dans le PDP dans l’attente d’une décision concertée.

Les «réformistes» du PDP avaient déjà dénoncé ce qu’ils ont considéré des dépassements électoraux lors du cinquième congrès du parti, tenu du 7 au 9 avril courant. En clair, les contestataires reprochent à la direction «historique» du PDP d’avoir manœuvrer pour garder la mainmise sur le parti. Une décision qui sonne comme un tocsin pour un parti qui partait pourtant parmi les grands favoris des élections du 23 octobre.