La taupe de Chahed à Nida ou: إني أرى رؤوسا قد أيْنَعَتْ وحانَ قِطافُها

Nida Tounes a gagné les élections présidentielles et législatives de 2014. Un grand parti se dessine appelé à échéance à gouverner sans la secte frériste. Le pays aurait connu des desseins de loin meilleurs.
Seulement, vite il est trahi. Ni les instigateurs de l’automne tunisien et de la gouvernance par le chaos, ni leur protégé Rached Ghannouchi, ni leurs laquais les zazous démocrates, n’ont accepté ce scénario salutaire pour le pays. Dès le départ, ce parti a été trahi par des partis dits démocrates et progressistes qui, en ces temps, ont refusé une alliance parlementaire moderniste.
Ce parti, il fallait le détruire de l’extérieur et de l’intérieur. Le système du marteau, qui consiste à s’attaquer à un obstacle de toutes parts en lui assénant de petits coups systématiques et successifs jusqu’à destruction, est mis à exécution .
De l’intérieur, c’était la taupe de chikha Mouza, un mazroub du nom de Marzouk, qui causa la première fissuration du parti.
Vient un sulfureux Ridha Belhaj, une grenouille qui s’est voulue vache hollandaise. Il a fini par constituer un parti qui n’a pas rassemblé autant de passagers qu’un bus Zina ou Aziza. Mais, les dégâts dans Nida Tounes étaient déjà importants.
Une autre taupe de Ghannouchi, un certain Akrmi a mis ses mains sales dans la pâte pour contribuer au pourrissement du Nida.
La taupe de Christine Lagarde et de Ghannouchi à la fois, Yousef Chahed ( Y.C ) finit la sale besogne de l’effritement de Nida Tounes au grand bonheur de la secte islamiste nahdhaouie. Ses ambitions personnelles et ses engagements avec les banquiers extérieurs qui le soutiennent ne sont pas garantis au Nida où l’ombre de si Béji , président fondateur , hante les lieux. Par ailleurs il choisit le parapluie de la secte frériste.

Et voilà que si Youssef, comme il ne lui a pas suffit de monter son propre parti, a juré de donner le coup de grâce au Nida, le parti qui l’a propulsé à la primature. Il y a laissé une taupe, Soufiane Toubal qui a jeté tellement de peaux de bananes qu’il a fini par s’y glisser et se casser la gueule. Cette taupe est chargée par Y.C de miner le parti de l’intérieur et brouiller l’organisation de son prochain congrès. La démission de Meur Ridha Charfeddine du comité d’organisation du congrès du parti en est l’illustration .

Toubal ou Tabbal est réellement tenu par les couilles. Il ferait tout pour garder l’immunité parlementaire et la couverture politique. Les traces de sa relation avec notre illustre matelas ne sont pas encore effacées. Hafed Caïd Essebsi est chancelant. Tahya Tounes , le parti de Y.C se révèle une belle planque pour Ben Gharbia, Ben Jarraya et consorts. Mais surtout, ne me faites pas dire que Chahed détient des dossiers compromettants qui lui procurent des allégeances de nature féodale. Loin de moi de telles allégations.

Notre Toubal et tant d’autres doivent s’estimer heureux qu’el Hajjaj Ibn Youssef est mort depuis plus 13 siècles. S’il était vivant, il leur aurait certainement dit sa fameuse réplique : « Ya ahla achi9a9i wannifa9i , inni araa rououssan 9ad ayna3at wa 7ana 9itafouha »  « يا أهل الشقاق والنفاق إني أرى رؤوسا قد أيْنَعَتْ وحانَ قِطافُها » 
Toubal doit chercher à sauver sa tête après le prochain congrès du Nida, car personne ne voudra de lui. Nida n’acceptera pas cette taupe et Chahed n’acceptera pas un agent qui a échoué.

Mounir Chebil