Iran : la « Police religieuse » utilise la force pour imposer le voile islamique

Insultes, coups, humiliation publique : les réseaux sociaux iraniens sont en émoi depuis la publication, le 18 avril, d’une vidéo montrant une jeune femme agressée par la « police de la vertu » iranienne. Un comportement jugé inhumain par certains internautes, qui condamnent ces dérives.

Selon la loi locale, tout le corps de la femme doit être recouvert dans l’espace public. Toute entorse au code vestimentaire peut être sévèrement réprimandée. Une fois le printemps venu, certaines femmes s’autorisent à laisser une partie de leur chevelure apparente. Une forme de légèreté qui peut leur coûter très cher car la police des mœurs veille à l’application très stricte de la loi.

La vidéo dure environ deux minutes et commence par ce qui semble être une interpellation. On peut y voir une jeune fille, portant un voile rouge, au milieu d’un parc de Téhéran. Une femme, identifiée comme une fonctionnaire de la « Gasht-e Ershad », la police de la vertu, arrive ensuite. Elle est identifiable dans la vidéo grâce à son tchador noir, ce long tissu porté pour recouvrir le corps, à l’exception du visage et des mains, en Iran.

Elle est accompagnée de deux autres membres de la police de la vertu et reproche à la jeune fille de ne pas porter son voile de manière convenable. « Mettez-vous sur le côté, animal ! », crie l’une des policières.

On entend également la voix d’une femme, aux côtés de la femme interpellée, qui filme la scène, et tente de s’interposer entre la policière et la jeune fille.

Au bout de quelques secondes (0’20 »), la policière saisit les épaules de la femme et la secoue à plusieurs reprises. La jeune fille se débat, déclarant : “Lâchez-moi ! Ça fait trente ans que vous ne nous laissez pas vivre ».

À la fin de la vidéo, la jeune femme est sans voile et à terre, visiblement en souffrance. Une autre femme à ses côtés implore les autorités d’arrêter. « Elle a un problème cardiaque », précise-t-elle.

#MonTéléphoneEstMonArme

La vidéo a été relayée sur le compte Instagram de Masih Alinejad, une militante iranienne à l’origine de nombreuses campagnes contre le port obligatoire du hijab. Visionnée plus d’un million de fois, et partagée 10 000 fois sur les réseaux sociaux, elle a provoqué de vives réactions. La plupart des internautes iraniens se déclarant alarmés par la violence de la scène.

Tweet de Taraneh Alidousti, célèbre actrice iranienne.

“C’est une grande tristesse pour les femmes, pour l’humanité. Attraper le hijab des femmes, ou leurs cheveux, n’est pas une manière de les guider. C’est encore une fois la preuve de la férocité des patrouilles de la tyrannie et de la barbarie.
Par ailleurs, nous avons déjà vu ce genre de vidéos ces dernières années. Ne prétendez pas que vous punirez la police cette fois-ci”

« Personne ne mérite ça »

Masoumeh Ebtekar, vice-présidente iranienne chargée des affaires des femmes et de la famille, a condamné l’attitude de la police religieuse. « Comment peut-on accepter ces méthodes? Même si elle s’est sentie insultée, la police doit-elle agir ainsi? Je condamne ce comportement et assurerai le suivi de cette affaire. C’est un traitement antireligieux que personne ne mérite », a-t-elle commenté.

Suite à la diffusion massive de l’incident, le ministre iranien de l’Intérieur Abdolreza Rahmani-Fazil a ordonné l’ouverture d’une enquête. Dans une réaction officielle, les autorités iraniennes font état d’un « traitement inhabituel » réservé à cette femme. Toutefois, elles précisent que la victime aurait d’abord provoqué la police.