Essid s’entretient avec Merkel à Istanbul

essid merkel tunisie allemagneEn marge du premier sommet humanitaire mondial qui se tient les 23 et 24 mai courant en Turquie ,le chef du gouvernement, Habib Essid s’est entretenu, ce lundi, à Istanbul, avec la chancelière allemande Angela Merkel.

L’entrevue a porté sur les relations bilatérales et les moyens de les renforcer eu égard aux enjeux de l’étape à venir, a précisé Elyès Ghariani, conseiller auprès du chef du gouvernement chargé des Affaires diplomatiques.

A cette occasion la chancelière allemande a réaffirmé le soutien de son pays à la Tunisie aux plans économique et sécuritaire, notamment en matière de protection des frontières.

Plus tôt dans la journée, le chef du gouvernement a eu des entretiens avec notamment le Secrétaire général de l’ONU Ban ki moon, le président turc Recep Tayyip Erdogan, et les chefs de gouvernement de Malte, de la Finlande et du Gabon.

Habib Essid a également rencontré des membres de la colonie tunisienne établis en Turquie et pris connaissance de leurs préoccupations.

La Tunisie a joué un rôle central pendant la crise libyenne

La Tunisie a apporté un soutien considérable aux migrants et réfugiés pendant la crise libyenne en 2011, a affirmé lundi, le chef du gouvernement Habib Essid.

S’exprimant à l’ouverture du sommet humanitaire dont les assises ont démarré lundi,le chef du gouvernement a souligné que la Tunisie s’est penchée, cette année, sur la mise en en place d’un plan d’urgence visant le secours humanitaire sur ses territoires.

Ce plan, a-t-il expliqué, prend en considération les capacités et les besoins de ses structures et organismes dans la mesure où l’action humanitaire nécessite un appui de la part de la communauté internationale notamment pour les pays qui sont engagés dans un processus de transition. Essid a plaidé pour un partenariat actif destiné au développement durable.

Il s’est dit persuadé que la restructuration de l’action humanitaire nécessite un engagement résolu à privilégier les compromis et le règlement pacifique des problèmes.

Le chef du gouvernement Habib Essid est arrivé dimanche soir à Istanbul pour participer à ce sommet humanitaire . Plus de 60 chefs d’Etat et de gouvernement prennent part à cette rencontre.

Sommet inédit

Près de 6 000 participants ont répondu présent au premier sommet humanitaire mondial organisé par l’ONU à Istanbul, dans le but d’améliorer la réponse aux crises humanitaires, provoquées par les conflits ou le réchauffement climatique.

C’est une réunion inédite qui s’est ouverte à Istanbul, lundi 23 mai. Quelque 6 000 personnes – dirigeants et représentants d’ONG du monde entier – sont réunies en Turquie pour le premier sommet humanitaire mondial, parrainé par les Nations unies. Objectif : améliorer la réponse aux crises humanitaires provoquées par les conflits ou le réchauffement climatique.

Une tâche qui « n’est pas aisée », selon le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon. Avec environ 60 millions de déplacés et 125 millions de personnes ayant besoin d’assistance dans le monde, de nombreux acteurs du secteur, États, organisations non gouvernementales et entreprises, estiment que le système humanitaire actuel est à bout de souffle et a besoin d’être repensé d’urgence.

« Jamais, depuis la Seconde Guerre mondiale, autant de personnes n’avaient été forcées de quitter leur foyer, a déploré Ban Ki-moon à l’ouverture du sommet. Nous sommes ici pour façonner un avenir différent », a-t-il ajouté.

Le choix d’Istanbul pour accueillir ce sommet inédit est aussi symbolique que controversé. La Turquie accueille 2,7 millions de Syriens mais plusieurs ONG accusent Ankara, qui dément, de renvoyer des Syriens dans leur pays en guerre.

Avec agences