Erdogan juge qu’Emmanuel Macron est «en état de mort cérébrale»

Le président turc s’en est violemment pris à son homologue français Emmanuel Macron, qu’il a jugé en « état de mort cérébrale » lors d’un discours à Istanbul.

En effet, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’en est violemment pris au chef d’Etat français, ce 29 novembre, qu’il a jugé en «état de mort cérébrale», à quelques jours du sommet des 70 ans de l’OTAN, les 3 et 4 décembre. La veille, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, avait accusé le président français de «parrainer le terrorisme» en Syrie, à la suite de l’entretien d’Emmanuel Macron avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, le 28 novembre à Paris.

Ces propos véhéments interviennent après des critiques émises jeudi par M. Macron au sujet de l’offensive lancée le mois dernier par la Turquie en Syrie contre une milice kurde appuyée par les pays occidentaux.

L’ambassadeur de Turquie en France va être convoqué au ministère des affaires étrangères pour s’expliquer sur les déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a jugé qu’Emmanuel Macron était en « état de mort cérébrale », a annoncé l’Elysée vendredi 29 novembre.

« Soyons clairs, ce n’est pas une déclaration, ce sont des insultes », a réagi la présidence française au sujet de ce qu’elle a qualifié de « dernier excès » en date de M. Erdogan. Recep Tayyip Erdogan s’en est violemment pris vendredi lors d’un discours à Istanbul à son homologue français Emmanuel Macron.

Reprenant les déclarations de M. Macron, qui avait jugé l’Alliance atlantique en état de « mort cérébrale » dans une interview à l’hebdomadaire The Economist, M. Erdogan a déclaré : « Je m’adresse depuis la Turquie au président français Emmanuel Macron, et je le redirai à l’OTAN. Fais d’abord examiner ta propre mort cérébrale. »

«Personne ne fait attention à toi. Tu as encore un côté amateur, commence par remédier à cela», a fulminé Recep Tayyip Erdogan. Avant de lancer : «Lorsqu’il s’agit de fanfaronner, tu sais très bien le faire. Mais lorsqu’il s’agit de verser à l’OTAN l’argent que tu lui dois, c’est autre chose.»

Les remarques de Recep Tayyip Erdogan à l’égard d’Emmanuel Macron renforcent non seulement les tensions entre la France et la Turquie, mais également entre la Turquie et l’OTAN. A l’occasion du 70e anniversaire de l’Alliance atlantique, la prochaine rencontre des pays membres de l’OTAN, qui se tiendra les 3 et 4 décembre 2019 à Londres, s’annonce électrique.