Désolé de vous avoir trahi les gars !

Rappelez vous, c’était il y a 4 ans

Tunis s’endort dans un froid glacial, sous un crachin triste qui se déverse sur la chaussée de ses rues désertées par ses passants, ses festivaliers, ses fêtards ses chats et même ses chiens errants . Ses jeunes de la garde présidentielle qui sifflotaient souriants et insouciants tout à l’heure dans leur bus gisent dans les morgues explosés, ensanglantés et déchiquetés. Leurs femmes épuisées les veillent seules en pleurs sur les bancs sordides des couloirs sombres des services de médecine légale.

Qui s’en souvient aujourd’hui ? De ces 21 gars qui gisent aux fins fonds de cimetières dans leurs tombes où poussent des herbes sauvages d’oublis, de ces familles endeuillées qui pleurent toujours en silence leurs défunts ?

Mais qu’avons nous fait de leurs assassins ? Rien mais alors rien de rien. On les remet en selle ces tueurs, dans notre assemblée, notre gouvernement nos palais. . On les fait monter aux plus hautes marches du pouvoir sur le dos des cadavres de ceux qu’ils ont lâchement explosé. Et ils dansent, et ils chantent leur victoire et ils pissent sur nous , ce peuple oublieux, traître, sur vos cadavres les gars , sur les pleurs silencieux de vos veuves et orphelins et nous regardons, silencieux , résignés ! .

Désolé de vous avoir trahi les gars !

Fadhi Ch’ghol