Avion égyptien disparu : « pas un corps entier, on ne trouve qu’un bras ou une tête »

vol egyptairL’analyse des restes humains retrouvés au milieu des débris du vol MS804 d’EgyptAir, qui s’est abîmé le 19 mai en mer Méditerranée, laisse à penser qu’il y aurait eu une explosion à bord de l’Airbus avant son crash, ont rapporté mardi les médias locaux, citant des sources au sein des services égyptiens de médecine légale.

Les autorités égyptiennes médico-légales ont déclaré que les restes humains prouveraient qu’une bombe a bien explosé à bord de l’avion.

Un responsable égyptien a déclaré sous couvert d’anonymat que l’équipe médico-légale avait fait des révélations surprenantes.

«Il n’y a pas un corps entier, on ne trouve qu’un bras ou une tête», a-t-il déclaré à l’AP.

«La seule explication logique est qu’il y a eu une explosion», a-t-il poursuivi, précisant qu’au moins 80 bouts de corps humains avaient été retrouvés.

Néanmoins, aucune preuve concrète d’explosion n’a pour l’heure été encore trouvée.

Le vol MS804 a quitté le 18 mai l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle à 23h09 (heure locale) et devait arriver vers 3h, le 19 mai. D’ordinaire, un vol direct prend environ quatre heures.

Après l’entrée de l’avion dans l’espace aérien grec, le contrôleur aérien entré en communication avec le vol aurait indiqué que le pilote de l’avion était de bonne humeur, selon les autorités de l’aviation civile grecque.

Il se trouvait à 37 000 pieds d’altitude quand il a disparu des écrans radars, entre 48 et 64 kilomètres au nord des côtes égyptiennes.

Juste une heure plus tard, l’avion n’a pas répondu aux appels du contrôle du trafic aérien d’Athènes. Peu de temps après, le contact radar a été perdu avec l’avion, à quelque 270 kilomètres de la côte égyptienne.

Les équipes de recherche et de secours ont été déployées quand le MS804 à l’heure d’atterrissage prévue au Caire.

Les forces armées égyptiennes avaient découvert vendredi des restes des victimes ainsi que des débris de l’avion à 290km au nord d’Alexandrie.

Dimanche, l’Egypte a mobilisé un robot sous-marin à la recherche des boîtes noires de l’appareil.