« Assad devait quitter le pouvoir, sans quoi il serait chassé par la force » martèle Adel al-Jubeir

adel joubeir arabie saoudite onuLe ministre des affaires étrangères Saoudien Adel al-Jubeir a estimé que le président syrien , Bachar Al-Assad , devait quitter le pouvoir, sans quoi il serait chassé par la force.
Le président syrien Bachar el-Assad doit quitter le pouvoir sous peine d’en être chassé par la force «militaire», a mis en garde mardi à New York le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir.

S’exprimant devant la presse en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, Adel al-Jubeir a catégoriquement rejeté les initiatives diplomatiques de la Russie, alliée de la Syrie, pour une coalition internationale de lutte contre le groupe Etat islamique ( EI ou Daech en arabe ).

«Il n’y a pas d’avenir pour Bachar en Syrie», a martelé le chef de la diplomatie saoudienne , dont le pays est l’ennemi juré de Bachar et qui fait au contraire partie prenante de la coalition militaire internationale dirigée depuis un an par les Etats-Unis.

«Deux options», les deux menant à la chute d’Assad

«Il y a deux options pour un règlement en Syrie. Une option est un processus politique au cours duquel il y aurait un conseil de transition» du pouvoir, a expliqué Adel al-Jubeir.

«L’autre option est une option militaire qui se terminerait également par la destitution de Bachar el-Assad», a encore menacé le ministre saoudien.

Il ne s’est pas attardé sur les détails de l’«option militaire» évoquée mais il a rappelé que son pays appuyait déjà les forces de «rebelles modérés» syriens qui se battent contre l’armée de Damas et contre les djihadistes de l’Etat islamique.

L’Assemblée générale des Nations unies est monopolisée par la crise syrienne et a été le théâtre lundi 28 septembre d’une confrontation entre les présidents américain Barack Obama et russe Vladimir Poutine, notamment sur le sort de Bachar Al-Assad.

Avec agences