Sarkozy a pompé chez Kadhafi

« Officine financée par de riches amis » de François Hollande, au service de la gauche. C’est ainsi que l’UMP et son candidat, Nicolas Sarkozy, qualifient Mediapart, après la publication par le journal en ligne, ce samedi 28 avril, d’un document allant dans le sens d’un financement présumé de sa campagne présidentielle en 2007 par des fonds étrangers. En l’occurence, des fonds libyens provenant du régime de Mouammar Kadhafi. Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il allait déposer plainte. Edwy Plenel, le directeur de Mediapart, dit attendre « avec sérénité un éventuel procès ».

Après la publication sur Mediapart, ce samedi, d’un article intitulé « Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement » (lien payant), l’UMP n’a pas retenu ses coups. À l’image de François Fillon, interrogé sur RTL ce dimanche 29 avril. Le Premier ministre a fortement attaqué le site d’information fondé par l’ancien directeur de la rédaction du quotidien Le Monde.

Les polémiques France-Libye
De l’affaire dite « des infirmières bulgares » en juillet 2007 à la visite controversée de Mouammar Kadhafi à Paris fin 2007, en passant par la position de leader de la France dans l’intervention en Libye en 2011, retour sur les principales polémiques entre les deux pays depuis 2007.

Depuis la dernière élection présidentielle, les relations entre l’Elysée et le régime libyen ont souvent provoqué la polémique en France. Premier épisode en date, l’affaire dite « des infirmières bulgares » détenues en Libye pendant plusieurs années et dont la France réussit à négocier la libération en juillet 2007. C’est l’épouse de Nicolas Sarkozy, Cécilia, qui les ramène à bord de l’avion présidentiel. Les images sont fortes.

Deuxième épisode, que certains ont interprété comme un renvoi d’ascenseur de la France à la Libye : Mouammar Kadhafi est reçu à Paris par le président Sarkozy à la fin de l’année 2007. Cette visite provoque des réactions indignées dans la classe politique où de nombreux responsables s’émeuvent de voir un dictateur soupçonné de terrorisme reçu en grande pompe et même autorisé à installer sa tente bédouine dans la cour de l’hôtel Marigny proche de l’Elysée. Rama Yade elle-même, alors secrétaire d’Etat aux droits de l’homme du gouvernement, s’indigne et critique cette visite avec des mots très durs.

Troisième épisode, la France prend la tête de la coalition internationale qui lance une intervention militaire en 2011 pour soutenir les rebelles libyens en lutte contre le colonel Kadhafi. La normalisation des relations avec le régime libyen n’est plus à l’ordre du jour.

L’affaire Mediapart

Dernier épisode, la publication sur Mediapart, samedi 28 avril 2012, d’un article intitulé « Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement ». Dès la mise en ligne de l’article, le directeur éditorial de Mediapart, François Bonnet, avait évoqué dans un éditorial le montant de 50 millions, écrivant : « au vu du montant cité par ce document, 50 millions d’euros, il ne s’agit plus seulement de soupçons de financement politique (le plafond autorisé des dépenses de campagne pour la présidentielle est de 22 millions d’euros par candidat) mais, peut-être, d’enrichissement privé des protagonistes. »

Après publication, l’UMP n’a pas retenu ses coups, à l’image de François Fillon, interrogé sur RTL ce dimanche 29 avril.

If you are looking for higher quality 100 % Cheap snapbacks hats at adjusted rate with safe and secure shipping, new era hats retail outlet is your favored choice. What is even more, we also will certainly offer you a 50 % discount for all things at This top low-cost new era hats outlet establishment.