بكاء لِقْحاب يسَخّفْ الطحّانة

terroriste mehrez boudaggaBonjour
Le syndrome de Montplaisir est le nouveau syndrome de Stockholm !

Beaucoup de personnes sont tombées sous le charme organisationnel du congrès d’Ennahdha jusqu’à ne plus jurer que par parti et allant jusqu’à oublier les idées et les principes qu’il véhicule. Beaucoup de personnes éblouies par la lumière des projecteurs très chers payés ne voient plus l’idéolgie destructive d’Ennahdha.
Parce que les autres partis, par misère intellectuelle ou financière, sont devenus inaudibles, plusieurs d’entre nous sont devenus accros (à) de l’appareil de propagande nahdhaoui.
La communication nazie a eu le même succès en son temps que celle de la Nahdha aujourd’hui.
Cette propagande a légalisé l’extermination de millions de personnes. Celle d’Ennahdha a ressuscité des terroristes pour en faire des héros. Elle a réécrit l’histoire pour effacer les traces des crimes et des complots.
Et puis le chef a pleuré et ses larmes sont chères à défaut d’être chaudes:
بكاء لِقْحاب يسَخّفْ الطحّانة
Bizarrement, les tunisiens aiment se faire mal jusqu’à adorer leurs bourreaux. Ils aiment être ivres et s’en foutent du réveil cauchemardesque qu’ils peuvent avoir.
Pourtant, il suffit qu’ils diminuent le son des hauts parleurs nahdhaouis et qu’ils regardent autour d’eux pour constater qu’ils nagent dans la misère et que Dieu a cessé de les écouter et les a déserté et a pris place dans l’autre camp!
Dans les petits cantons, l’odeur de la viande dans les mariages des riches attire les pauvres et ils y accourent. On leur donne des miettes, on leur demande d’applaudir et on fait le nombre avec puis on leur demande de partir car la cérémonie est devenue familiale.
Il en est ainsi pour tous les affamés qui sont allés faire le beau chez eux qui les méprisent.
Dégagez, y a plus rien à voir, y a plus rien à boire, y a plus rien à manger!
Rentrez chez vous et pleurez votre sort, pleurez votre mère et pleurez votre père!
Montplaisir a eu le plaisir de vous mépriser! Rampez!
!..AH..!

Ali Gannoun le 25 mai 2015

Rappel