La Conférence ministérielle du « Dialogue 5+5 » examine le risque du retour des terroristes

Les ministres des Affaires étrangères des pays du Dialogue 5+5 ont plaidé, dimanche à Alger, en faveur du renforcement du dialogue et de la concertation en vue d’une convergence de vues et d’actions sur les questions régionales d’intérêt commun.

Dans une déclaration commune ayant sanctionné les travaux de la 14ème conférence des ministres des Affaires étrangères du Dialogue 5+5 en Méditerranée occidentale, il a été souligné que le dialogue politique au sein de cet espace sous-régional « constitue le moyen idoine pour la recherche de solutions adaptées et efficaces aux crises et foyers de tension qui secouent la région ».

Les participants ont appelé, dans ce cadre, à « la poursuite et à l’approfondissement du dialogue et de la concertation sur l’ensemble des questions d’intérêt commun, en vue d’un rapprochement des positions et d’une plus grande cohésion des positions dans le fora régionaux et internationaux ».

Ils ont aussi convenu de « coopérer étroitement avec l’UE pour renforcer l’efficacité de la politique de voisinage et à en assurer la pérennité », tout en réitérant l’importance de « contribuer davantage à l’intégration régionale intra-maghrébine ».

Ils ont plaidé, à ce propos, pour un « rôle renforcé » de l’Union pour la Méditerranée (UPM) pour « améliorer la gouvernance et rehausser le dialogue politique en son sein avec les autres entités euro-méditerranéennes ».

Alger souligne l’importance de tenir compte de l’aspect Développement-Migrations-Sécurité

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a souligné dimanche à Alger l’importance de tenir compte de l’aspect Développement-Migrations-Sécurité pour faire face au phénomène de l’immigration dans l’espace méditerranéen.

« Les défis auxquels nous faisons face aujourd’hui dans l’espace méditerranéen nous emmène à vivre ensemble et à travailler ensemble », a déclaré M. Messahel lors d’un point de presse qu’il a animé conjointement avec le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à l’issue des travaux de la 14e Conférence du Dialogue 5+5 en Méditerranée occidentale tenue à Alger.

Le ministre a indiqué avoir évoqué avec les ministres des Affaires étrangères du Dialogue 5+5 le phénomène de l’immigration qui concerne l’ensemble des pays de l’espace méditerranéen et l’importance de « tenir compte de l’aspect (Développement-Migrations-Sécurité) » pour faire face au phénomène.

« La question chronique liée notamment à l’immigration a existé depuis la nuit des temps, le terrorisme existe depuis environ 20 ans dans la région et le défi du développement se pose également depuis des décennies.

Aujourd’hui il va falloir passer de l’action à la mobilisation. Il faut avoir l’ambition et de la vision, sachant que le cadre de concertation est fait », a soutenu M. Messahel, se félicitant d’un dialogue « ouvert et très franc » « Cela nous emmène au principe que nous appartenons au même espace et confrontés aux mêmes défis, celui du développement notamment », a-t-il expliqué.

Il a annoncé à l’occasion la tenue prochaine d’un Forum dédié au développement économique à Benghazi, en Libye.

Il a été question également d’aborder le partenariat gagnant-gagnant, l’échange, la jeunesse et les moyens de faire face à la menace terroriste, « qui s’accentue de plus en plus », a fait remarquer M. Messahel.

Paris axe sur l’emploi et de la formation des jeunesses

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, a mis en avant dimanche à Alger l’importance de rassembler les actions communes autour de l’emploi et de la formation des jeunesses des pays de la méditerranée dans le cadre du développement économique et social inclusif, partagé et durable.

« Nous souhaitons que la question de l’accès au marché de l’emploi et de la formation soit vraiment le sujet principal de nos actions communes dans les mois qui viennent (…) je crois que le sujet de la jeunesse est le sujet central de cette rencontre », a déclaré le chef de la diplomatie française à l’ouverture de la 14e Conférence ministérielle du « Dialogue 5+5 ».

Dans l’objectif de diversifier les formations supérieures et professionnelles dans le cadre euro-méditerranéen, M. Le Drian a dit bénéficier de « l’appui de l’Union européenne (UE) pour obtenir les meilleurs résultats afin de répondre aux défis que nous devons affronter », a-t-il soutenu.

Après avoir relevé le poids du chômage qui pèse sur les pays de la méditerranée, il a souligné la nécessité de s’adresser à la jeunesse des deux rives dans le cadre des actions communes d’échanges et de la promotion du développement économique et social .

« Nous sommes tout particulièrement sensibles qu’il faille d’abord et avant tout parler à nos jeunesses, qui de part et d’autre de la méditerranée sont confrontées à un chômage élevé sans proportion », a révélé M. Le Drian qui a co-présidé la Conférence avec le Ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel.

« La méditerranée occidentale est un carrefour, un espace commun de civilisation d’invention de l’avenir et nous faisons ensemble face à des défis communs, des défis majeurs, c’est pourquoi nous avons beaucoup apprécié votre volonté (de l’Algérie), d’inscrire comme thème central d’échanges +la promotion du développement économique et social inclusif partagé et durable+ », a-t-il poursuivi.

Selon le chef de la diplomatie française, la Conférence qui s’inscrit dans le cadre de coopération et d’échanges, permet d’échanger librement et de réfléchir ensemble à des solutions concrètes et opérationnelles aux défis qui se posent aux pays membres du Dialogue 5+5.

« C’est un laboratoire d’idée qui nous permet de renforcer la coopération entre nos pays dans tous les domaines. La conviction de la France du secteur méditerranéen occidental de ce jour, notre destin commun, et c’est la raison pour laquelle cette édition est essentielle et ce cycle de dialogue 5+5 est aussi déterminant », a-t-il affirmé.

Retour des terroristes

Les chefs de diplomatie des pays membres du Dialogue 5+5 en Méditerranée occidentale ont examiné le risque que pose un éventuel retour des combattants étrangers depuis l’annonce de la fin du groupe terroriste Daech et la pression exercée sur ce groupe terroriste en Syrie.Etant donné que la région de Méditerranée est généralement « une zone de prédilection » cela, a-t-il ajouté, devient « un déclic » pour travailler ensemble.

Les travaux de la 14ème conférence des ministres des Affaires étrangères du Dialogue 5+5 avaient débuté dimanche à Alger sous le thème « Méditerranée occidentale: promouvoir un développement économique et social inclusif partagé et durable face aux défis communs dans la région ».

La rencontre regroupe les chefs de la diplomatie des pays du Dialogue 5+5 de la Méditerranée occidentale.

Ont participé également à cette conférence, le secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe (UMA), le secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée (UpM) et le Commissaire européen en charge de la politique européenne de voisinage et des négociations d’élargissement, partenaires à ce dialogue.

L’Algérie accueille pour la deuxième fois la réunion des ministres des Affaires étrangères du Dialogue 5+5 après celle d’Oran de 2005.

Le Dialogue 5+5 regroupe les cinq pays de l’UMA (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie) pour la rive sud de la Méditerranée et l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal ainsi que Malte pour la rive Nord.

Source : APS