La caravane passe et le chien aboie

unimed en bourse tunisieLotfi Mraihi, politicard raté et président d’un minuscule parti , incapable de bâtir, se contente de lancer à travers les médias, des diffamations pour tenter de discréditer les compétences nationales. Il pense qu’en associant son nom aux noms de ces compétences , il craie le Buzz et se fera mieux connaître.
Malheureusement pour lui, des instances prestigieuses nationales et internationales  ne l’ont pas écouté puisqu’elles ont lancé des messages forts de reconnaissance des qualités scientifiques et managériales tunisiennes que seul le Charlattan Lotfi Mraihi tente, sans espoir, de dénigrer.
L’aboiement des chiens n’arrête pas l’avancement de la caravane.

amor tPr.Amor Toumi à l’Académie française ( photo ci-contre )

Pr.Amor Toumi ,que le charlatan Mraïhi a dénigré , a présenté mercredi 4 mai 2016 une conférence à l’Académie Française de Pharmacie ( voir ci-bas ) en signe de reconnaissance à ses compétences mondialement reconnues

Unimed entre en Bourse :

La Bourse de Tunis a célébré mercredi 4 mai l’introduction sur le marché principal de la société «unimed», laboratoire pharmaceutique tunisien.

A partir du mercredi 04 mai 2016, les 25 450 000 actions, de nominal un dinar chacune, qui composent le capital social actuel de la société UNIMED seront négociables dans les conditions suivantes:

Groupe de cotation : 11 (continu)
Code Mnémonique : UMED
Code ISIN : TN0007720014
Cours de référence : 11,800 dinars
Un seul fixing sera programmé à 14h05
Négociation au dernier cours coté: de 14h05 à 14h10

Discours de R.Charfeddine ,PDG de UNIMED  à la Bourse

Je tiens en cette occasion importante à remercier touts ceux qui nous ont honorés par leur présence aujourd’hui, particulièrement si Habib ESSID, Chef du Gouvernement, Si Slim Chaker, Ministre des Finances, Mr.Ridha Ben Mosbah Ministre conseillé auprès du Premier Ministre ainsi que les autres membres du Gouvernement.
Je tiens aussi à remercier particulièrement Mme BOUCHAMAOUI, Présidente de l’UTICA de nous avoir fait le plaisir de nous honorer par sa présence aujourd’hui, ainsi que les membres du Conseil d’Administration de la bourse de Tunis, le Président du conseil du marché financier, et le Président de l’association des intermédiaires en bourse.

Enfin je tiens aussi à remercier l’ensemble des intervenants sur le marché financier tunisien, et plus particulièrement notre partenaire Tunisie Valeurs pour la réussite de cette opération.

Unimed entame aujourd’hui une nouvelle étape en ouvrant son capital à plus de 5000 nouveaux actionnaires, qui ont non seulement cru en notre capacité faire prospérer d’avantage le savoir faire que nous avons acquis tous au long de ces 25 dernières années, mais aussi qui lancent un message d’espoir et d’optimisme important. La grande réussite de l’opération Unimed dans un contexte économique difficile est la meilleure preuve que notre pays peut encore compter sur un tissu économique privé solide sur lequel il est impératif aujourd’hui de s’appuyer et d’aider à développer. Cette opération, qui a totalisé plus de 120 millions de dinars, s’est faite au profit d’investisseurs institutionnels internationaux de premier ordre parmi eux ont peut citer les fonds américains SQM, les fonds britanniques de BLAKENEY, et les fonds koweitiens gérés par la CTKD. Un signe de confiance fort en nos entreprises et en la capacité de notre pays à aller de l’avant…
Je souhaite au titre UNIMED une belle vie boursière, et j’espère vous revoir bientôt pour célébrer ensemble d’autres réussites.

Merci .

«Pendant les trois premières séances de cotation de la valeur, la fourchette autorisée est établie en appliquant un pourcentage de fluctuation de ±18% par rapport au cours de référence du jour; aucun pourcentage de fluctuation additionnel n’est autorisé. Durant ces trois séances, il est programmé un seul fixing par séance. Cependant, dès qu’un cours est établi durant l’une des deux premières séances, ces règles particulières cessent d’être appliquées».
La Bourse de Tunis célèbre, aujourd’hui, l’introduction sur le marché principal de la société Unimed, laboratoire pharmaceutique tunisien.
Cette entrée porte à 79 le nombre de sociétés cotées, et à 3 celui des représentants de l’industrie pharmaceutique.
Habib Essid, chef du gouvernement, a assisté à cet événement. Etaient également présents le ministre des Finances Slim Chaker, le président du Conseil du marché financier (CMF), les dirigeants de la Bourse de Tunis, le dépositaire central Tunisie Clearing et les représentants des sociétés d’intermédiation en bourse.
Ridha Charfeddine, Pdg de la société, a sonné la cloche, annonçant le démarrage des négociations sur le titre Unimed.
Cette introduction a été réalisée à la suite d’une cession de 3.662.450 actions, représentant 14,39% du capital social de la société, au moyen d’une offre à prix ouvert (OPO) portant sur 848.450 actions, d’un placement global de 1.700.000 actions et d’un placement privé de 1.114.000 actions.
Ces actions ont été cédées au prix unitaire de 11,800 dinars, soit un montant total de 43,2 MD.
La forte demande exprimée lors de l’OPO a propulsé le taux de réponse à 31,5 fois l’offre de titres mis sur le marché, et attiré 5.390 nouveaux actionnaires.
Le placement global a été souscrit par 18 investisseurs, alors que 41 investisseurs ont participé au placement privé.
Le titre Unimed sera coté au mode continu, avec le code mnémonique UMED et le code ISIN : TN0007720014.
Le jour de son introduction, la capitalisation boursière d’Unimed s’élève à 300,3 millions de dinars (MD).
Il aura fallu à la Bourse de Tunis attendre plus de 10 mois pour accueillir à la cote un nouveau titre, Unimed, première société à s’introduire en 2016. Elle porte ainsi au total à 79 le nombre de société de la Cote. La célébration de son arrivée ne pouvait qu’être double, méritant le déplacement du chef du gouvernement au siège de la Bourse, mercredi matin pour faire sonner une cloche endormie. Double, tant l’engouement suscité par Unimed est fort : la demande a été plus de 32 fois supérieure à l’offre. Pour un montant de 43MD à lever, pas moins de 315.5 MD étaient en demandeurs. Signe de bonne diffusion, 5390 souscripteurs feront désormais partie des actionnaires. Double aussi, par la capitalisation boursière additionnelle qu’apporte en dote Unimed au panier de la Bourse.
Son fondateur et PDG, Ridha Charfeddine, n’en cache pas sa fierté, tout comme son conseiller et introducteur en Bourse, Fadhel Abdelkéfi et toute son équipe de Tunisie Valeurs. Du côté de la Bourse, son président, Khaled Zribi, et son directeur général, Bilel Sahnoun s’en frottent les mains. Le rythme des introductions s’était fort ralenti, réduit à six en 2014, avant de se limiter seulement à deux en 2015 (UADH et Offiplast).

« Multiplier d’autres Unimed »

Pour Habib Essid, le message est clair : « La Bourse de Tunis doit multiplier en son sein d’autres Unimed, des entreprises aussi bien structurées, aussi prometteuses », dira-t-il en présence du ministre des Finances, Slim Chaker, du ministre conseiller auprès du chef du gouvernement chargé des Affaires économiques, Ridha Ben Mosbah et de la présidente de l’Utica, Wided Bouchamaoui. «L’engouement pour ce titre, soulignera-t-il est une marque de confiance dans l’entreprise, le marché financier et l’avenir du pays. C’est un bon signe qu’il s’agit d’apprécier à sa juste valeur. Le nombre actuel des 79 entreprises cotées est cependant trop peu. Nous ferons tout pour vous aider à l’accroître », poursuivra-t-il. Ecoutant attentivement les cinq propositions qui lui ont été faites à cet effet et présentées par Bilel Sahnoun, Habib Essid déclarera que le gouvernement les examinera en profondeur et ne manquera pas de leur donner la suite utile, notamment à la faveur de la loi de Finance pour 2017. »
« Un des fleurons de l’industrie pharmaceutique »
Dans son allocution introductive, le directeur général de la Bourse a indiqué : «Nous fêtons aujourd’hui l’entrée en Bourse, pilotée par l’Intermédiaire en bourse Tunisie Valeurs, de la Société Unimed – l’un des fleurons de l’industrie pharmaceutique en Tunisie. Pour Unimed, la Bourse sera un relais de croissance et synonyme de pérennité. Pour les actionnaires qui lui ont fait confiance par milliers, ce sera l’investissement dans cette croissance, mais aussi le partage de ses fruits. Pour l’Etat, outre la croissance synonyme de créations d’emplois et de richesses, ce sera l’impulsion que donnera Unimed à la consolidation et au développement du secteur des industries pharmaceutiques, et le rayonnement à l’international du Made in Tunisia à très forte valeur ajoutée ».
De son côté, Ridha Charfeddine a remercié les nouveaux souscripteurs se déclarant heureux de les accueillir parmi les actionnaires et ne manquant pas de rendre hommage à tous ceux qui ont contribué au succès de l’opération, notamment le CMF, la Bourse, Tunisie Valeurs et tous les intermédiaires en bourse.

Résumé de l’exposé du Professeur Amor Toumi à l’Académie française

L’exposé de Amor a été consacré à la « Mondialisation et brevets des médicaments : le vécu des pays du sud à partir de l’expérience tunisienne »

La mondialisation du Commerce a, de tout temps, été une préoccupation des nations dominantes et dominées. Cette mondialisation a évolué au cours de l’histoire. Au départ c’était les conquêtes de territoire puis les colonisations pour aboutir durant nos deux derniers siècles à des accords perpétuant le même état d’esprit à savoir s’étendre et limiter les obstacles. Parmi les accords de l’ère moderne nous trouvons celui du GATT (General Agreement for trade and tariffs) né en 1947 et qui a régi le commerce dans les zones à économie non socialiste jusqu’en 1995 année de naissance de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Les accords de l’Organisation Mondiale du Commerce Ils sont au nombre de quatre connus à travers leurs abréviations SPS (Accord Sanitaire et Phyto-Sanitaire), OTC (Obstacles Techniques liés au Commerce), AGCS (Accord Général pour le Commerce des Services) et l’accord ADPIC ou TRIPs (Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce ou trade-related aspects of intellectual property rights). Les brevets en Tunisie La loi tunisienne jusqu’à 2000 reconnaissait uniquement les brevets de procédés. C’est-à-dire que, si vous montrez que votre brevet était obtenu à travers un procédé de fabrication ou de purification différent de celui qui est protégé vous êtes en droit de l’exploiter. Cette situation était semblable à celle de la plupart des pays du monde. Elle donnait lieu à des abus de part et d’autre. En effet l’inventeur ne décrivait pas l’intégralité de son invention de peur d’être copié alors que les copieurs s’ingéniaient à décrire des méthodes nouvelles souvent impossible à reproduire. L’adhésion à l’OMC obligeait la Tunisie à changer sa législation pour se conformer aux ADPIC dans les cinq années qui suivent cette adhésion, ce qui a été fait en 2000. En effet, la loi du 2000-84 du 24 Août 2000 a permis à la Tunisie d’être en conformité avec ses engagements au sein de l’OMC

Pr Amor TOUMI, ancien Directeur Général de la Pharmacie et du Médicament (Tunis), ancien Haut Fonctionnaire de l’OMS (Genève), ancien Conseiller des Ministres de la Santé (Tunisie), correspondant étranger de l’Académie nationale de Pharmacie