Pélerinage de « La Ghriba » : alarmisme non fondé d’Israël !

djerba tunisie pélerinage à EL-GHRIBA-SYNAGOGUEIsraël a diffusé ce lundi une mise en garde qualifiée de « sérieuse » à ses citoyens leur enjoignant de ne pas se rendre sur l’île de Djerba où des centaines de pèlerins juifs s’apprêtent à célébrer fin mai courant la fête religieuse annuelle de « La Ghriba »( Lag Ba’Omer).

Le bureau du contre-terrorisme israélien émet des consignes pour la Tunisie, particulièrement pour les fêtes de Lag BaOmer lors du pèlerinage annuel juif de la Ghriba.

Selon un communiqué, le bureau du contre-terrorisme du conseil de sécurité nationale tient à préciser ce qui suit avant les fêtes de Lag BaOmer (25 et 26 mai) qui auront lieu sur l’île tunisienne de Djerba, et auxquelles des Israéliens et des juifs du monde entier sont attendus.

Il y a un avertissement de voyage sévère pour la Tunisie (menace concrète élevée).

Des éléments terroristes, particulièrement ceux affiliés au Jihad mondial, continuent à agir en Tunisie et de commettre des attentats. Par conséquent, il y a un niveau de menace élevé contre des cibles juives.

Il est recommandé d’éviter les visites en Tunisie.

Le pèlerinage annuel juif de la Ghriba, sur l’île de Djerba, dans le sud de la Tunisie, aura lieu les 25 et 26 mai sous haute sécurité, a récemment indiqué René Trabelsi, l’un des organisateurs.

« Comme d’habitude, les mesures sécuritaires nécessaires seront prises. C’est important pour tous les habitants de Djerba et pour l’économie du pays », a déclaré M. Trabelsi.

M. Trabelsi n’a pas été en mesure d’évaluer le nombre de personnes attendues pour ce pèlerinage auquel des personnalités politiques et des artistes étrangers ont été selon lui invités.

En 2015 pourtant les festivités de La Ghriba à Djerba s’étaient déroulées sans incident et ce malgré un avertissement similaire d’Israël.

Organisé chaque année au 33e jour de la Pâque juive, le pèlerinage de la Ghriba est au cœur des traditions des Tunisiens de confession juive, une communauté qui ne compte plus que quelque 1.500 âmes contre 100.000 avant l’indépendance en 1956.

L’an dernier, des centaines de pèlerins s’étaient rendus à la synagogue de la Ghriba, la plus ancienne d’Afrique, dans une ambiance détendue malgré un très important dispositif sécuritaire. Le rituel, toujours fortement protégé, s’était en effet tenu moins d’un mois après un attentat sanglant revendiqué par le groupe Etat islamique au musée du Bardo, à Tunis.